Allergie aux acariens

Les acariens sont considérés comme impliqués dans 60 % des allergies et seraient en particulier responsables de l’apparition des allergies débutantes dont les premiers signes passent souvent inaperçus.


Quel en est le mécanisme ?


L’acarien en lui-même est rarement en contact avec le sujet allergique. Il niche au plus profond du matelas, là où les conditions de vie lui sont les plus favorables. Ce sont aux poussières de déjections et de cadavres d’acariens qui se mélangent aux autres poussières de maison que l’on doit l’allergie. Dans ce mécanisme, le matelas tient le premier rôle. L’acarien y trouve sa nourriture, y expulse ses excréments s’y reproduit et y meurt.

 
 

Le rôle du matelas


  • Le matelas tient le rôle de premier plan dans l’allergie aux acariens :

La température d’une chambre, surtout si on la surveille, est généralement trop basse pour que les acariens y soient en grande forme. 28° est leur température « de forme ». C’est donc dans le matelas qu’ils se développent.
En effet, chaque nuit, le matelas accumule la chaleur de votre corps et la conserve pour les acariens. Il n’est pas rare qu’une température de 28° soit conservée toute la journée au cœur de votre matelas.


  • Il en va de même pour l’humidité

  • C’est aussi dans le lit que vous perdez le plus de cellules mortes (la desquamation). Ces cellules traversent les tissus standards de votre literie et vont en partie s’enfoncer dans votre matelas, apportant à vos acariens toute la nourriture dont ils ont besoin.

  • C’est donc très majoritairement au plus profond du matelas que l’acarien de poussière de maison prolifère avec deux conséquences majeures : ses excréments et son cadavre qui se décomposent en très finies particules (jusqu’à quelques microns). Ces particules sont très allergisantes.

  • Le matelas agit alors comme un soufflet à chaque fois que vous vous couchez et expulse dans l’atmosphère de la pièce des millions de microparticules allergisantes.

  • Celles-ci se répandent dans le reste de la literie, mais aussi sur moquettes, tentures, vêtements non enfermés où elles attendent un déplacement ou une secousse (pas, fermeture de rideaux…) pour retourner dans l’atmosphère où le sujet allergique les inhalera à chaque respiration.
  • Il est important d’enfermer le matelas dans une housse anti-acariens :
  •  
    Cela permet de rompre ce cercle d’infestation et d’isoler le dormeur de ses allergènes.

    En effet, toutes les housses de types alèse ou drap housse qui sont ouvertes en dessous sont totalement inefficaces.


     
     
     

    Prévenir l’infection d’acariens


    Un matelas neuf est colonisé par les acariens en 4 semaines. Ce n’est pas un hasard si, en quelques semaines, tout matelas neuf non protégé est colonisé par les acariens de poussière de maison.


    Comment prévenir l’action nocive de ces acariens pour les sujets allergiques ?


    1. Le premier responsable est le matelas.

    Il faut donc s’en occuper en premier lieu.

    Si vous achetez un matelas neuf, ne le mettez pas en service sans une housse anti-acariens certifiée dispositif médical. Ainsi votre matelas ne sera pas contaminé.


    Si votre matelas est déjà ancien (plus de trois mois de service) :


    • Mettez le à nu et aérez un maximum. En été, sortez le de façon à supprimer toute humidité.
    • Puis aspirez le consciencieusement pour faire sortir le maximum de poussière.
    • Ensuite, enfermez le dans une bonne housse anti-acariens. Vous recommencerez cette opération tous les six mois lors du lavage de votre housse.
    • Remettez ensuite votre drap par dessus la housse.

    2. Chassez la poussière partout où elle se trouve : 
    • Aspirez consciencieusement et régulièrement tentures, rideaux, moquettes. Remplacez les tentures si possible par des textiles fins et lavables et les moquettes par un sol lavable.
    • Rangez les vêtements et articles textiles dans des placards ou des armoires fermant bien et les mettant à l’abri de la poussière.
    • Aspirez le sommier soigneusement. Préférez un sommier à lattes aux sommiers textiles.

    3. Aérez et maintenez l’atmosphère de la pièce en dessous de 50% d’humidité.

    4. Chauffez peu, maintenez la pièce à 19°C ou moins

    5. Supprimez tous les objets susceptibles de conserver de la poussière (bibelots, peluches, etc.)

    6. Évitez absolument la présence d’animaux domestiques dans les chambres

    7. Lavez régulièrement votre literie

    Il est important de laver régulièrement à 60°C ou plus  le reste de votre literie (couette, oreillers, traversins, couvertures) ou enfermez les dans une housse anti-acariens. Si vous ne pouvez les laver, insérez les 48 heures dans le congélateur puis aspirez les consciencieusement avant de les envelopper dans une housse anti-acariens.


     
     

    Les premiers symptômes


    Les études montrent que c’est aux premiers signes de l’allergie (en particulier en ce qui concerne l’asthme) que l’éviction obtenue avec une housse anti-acariens donne les résultats les plus spectaculaires.

     
    Or les premiers signes de l’allergie aux acariens passent souvent inaperçus.
     
     

    • Réveil avec les yeux rouges
    • Toux nocturne ou matinale
    • Réveil avec le nez bouché ou le larynx irrité
    • Rougeurs de la peau au réveil

    Sont des signes qui doivent vous alerter et vous inciter à vous protéger et à en parler avec votre médecin, au besoin en citant cet article.
     
    Généralement, l’observation des mesures préventives classiques permet de réduire ou de faire disparaître ce type de symptômes en deux ou trois semaines.